Faisant suite aux conclusions de la COP 21, il est intéressant de se pencher sur l’un des principaux enjeux touchant l’habitat moderne : son impact environnemental. Cette problématique doit aujourd’hui s’intégrer non seulement dans l’architecture initiale mais aussi dans l’approche du design de nos logements. Habiter une maison respectueuse de l’environnement permet de s’inscrire véritablement dans la dynamique du développement durable en favorisant l’utilisation des énergies renouvelables pour satisfaire les besoins en climatisation, chauffage et eau tout en contrôlant sa production de déchets. Après les transports électriques, la maison durable.

Intégrer la préoccupation énergétique en amont de la construction

Promouvoir l’habitat responsable sans en altérer le confort est le principal dessein des réglementations thermiques françaises qui ont imposé des normes en matière d’économie d’énergie et d’isolation. La réglementation RT 2012 a notamment instauré un plafond afin de limiter les consommations d’énergie dans l’habitat. Égal à 50 kWh par mètre carré par an, il correspond à un seuil deux fois moins élevé environ que le précédent. L’impératif de l’optimisation est donc  aujourd’hui intégré en amont de la construction. L’orientation générale de l’habitation doit par exemple favoriser l’éclairage naturel : pour les façades éclairées l’installation de grandes surfaces vitrées est conseillée. Parvenir à une suppression des courants d’air ou ponts thermiques est également primordial, tout comme choisir l’isolation la plus performante en fonction du type d’habitation. Dépassant ces règlementations qui imposent des plafonds à minima, les citoyens sont aujourd’hui sensibles à leurs responsabilités en tant que consommateurs. On observe de façon générale une volonté actuelle de mieux gérer ses usages en modifiant ses habitudes et son mode de vie pour aller d’avantage vers des économies d’eau et d’électricité, une consommation raisonnée ou encore une réduction des déchets.

Le design vert : l’avenir de l’architecture

Il est aujourd’hui possible de réduire l’empreinte écologique de sa maison grâce au design fonctionnel, tout en maintenant un niveau de confort optimal. Des tables et chaises de cuisine construites en bois recyclé aux lampes de jardin solaires, des pommeaux de douche hydro-économes en passant par les canapés réalisés en jacinthe d’eau, beaucoup de designers sont aujourd’hui sensibles aux ressources disponibles et à la réduction de l’impact environnemental de leurs créations. En ce sens, les apports de l’architecture verte couplés à un équipement design éco-responsable sont intéressants. Réduire les hauteurs sous plafond permettra par exemple de diminuer drastiquement les besoins en chauffage et en climatisation en minimisant les pertes imputées à la grande surface de la pièce. Pour aller plus loin, vous équiper d’un chauffe-eau de nouvelle génération Twido vous permettra par exemple de réduire vos besoins en eau tout en prolongeant le design de l’habitat. En effet sa taille réduite lui permet de ne contenir que l’eau nécessaire à vos besoins d’une part et de se positionner dans la surface disponible en aplomb d’un WC suspendu ou dans une étagère d’autre part, libérant de ce fait l’espace attribué en temps normal au ballon d’eau chaude. Par ailleurs, choisir des équipements ayant une longue durée de vie (Twido a espérance de vie de 30 ans) permet de s’inscrire dans une démarche citoyenne d’habitation durable en réduisant les déchets générés par l’obsolescence programmée de la majorité des équipements électroménager traditionnels.